Détection sérologique des anticorps dirigés contre le virus du Nil occidental (VNO) par PRNT

<<Retourner au laboratoire

Formulaires de demande

Détails de la référence

Description:

Détection sérologique d’anticorps neutralisant le virus du Nil occidental au moyen du test de séroneutralisation par réduction des plages (PRNT).

Catégorie d'analyse:
Sérologie
Agent pathogène:
Virus du Nil occidental (VNO)
Laboratoire:
Infections et maladies:
  • Encéphalite du Nil occidental
Spécimen:

Sérum. Volume minimum requis: 200 µL

Méthode de prélèvement:

Tubes de 2 ml avec bouchon à vis.

Manipulation, entreposage et expédition des spécimens:

Refrigérer ou congeler les échantillons jusqu’au moment de leur envoi pour analyse. Expédier les échantillons congelés sur glace sèche et les échantillons réfrigérés sur glace

Transport des marchandises dangereuses:

L'expédition des prélèvements doit être confiée à une personne détenant un certificat de formation TMD, conformément au Règlement sur le TMD. Pour plus d'information sur la catégorisation des matières à des fins d'expédition, veuillez consulter la partie 2 de l'appendice 3 du règlement ou la section 3.6.2 du règlement de l'IATA sur les produits dangereux.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires dans d’autres langues sur le transport de matières infectieuses, cliquez sur le lien ci-dessous.

http://www.who.int/ihr/capacity-strengthening/infectious-substances/fr/

 

Critères relatifs aux patients:

Infection par le virus du Nil occidental soupçonnée. Les échantillons soumis seront d’abord analysés par le laboratoire de diagnostic des zoonoses virales au moyen d’un test d’inhibition de l’hémagglutination (HAI) ou d’un test ELISA de détection des IgM/IgG spécifiques du virus du Nil occidental, ce qui permettra de déterminer si le patient a développé des anticorps anti flavivirus. Les échantillons réactifs peuvent être ensuite analysés à la recherche d’anticorps neutralisants. Les échantillons non réactifs (négatifs) ne seront pas soumis au PRNT. Il ne s’agit pas d’un test de routine. Avant d’expédier les spécimens, veuillez communiquer avec le laboratoire de diagnostic des zoonoses virales.

Documents d'accompagnement:

Requête d’analyse pour les zoonoses virales complétée, incluant le nom, l’adresse et le numéro de téléphone du laboratoire expéditeur. Le nom ou l’identificateur (no de référence de l’échantillon) du patient, sa date de naissance, les analyse(s) demandée(s), la date de prélèvement de l’échantillon, la date du début des symptômes, ainsi que l’histoire clinique et les antécédents de voyage du patient.

Commentaires:

Le test sérologique initial de détection du VNO par une épreuve ELISA doit être réactif pour que les échantillons soient soumis au PRNT. 

Méthodes et interprétation des résultats:

Certaines épreuves de dosage sérologique peuvent donner lieu à d’importantes réactions croisées entre les anticorps dirigés du VNO et autres flavivirus (virus de la dengue, Powassan etc.). Le PRNT étant d’une spécificité analytique accrue, il peut être utilisé pour étayer la présence d’anticorps sériques spécifiques d’un flavivirus donné. Les échantillons sériques sont incubés avec le virus et, si des anticorps viraux neutralisants sont présents, ils seront liés au le virus du Nil occidentalet préviendront l’infection virale des cellules de culture, d’où une réduction du nombre de plaques détectées. Le titre neutralisant est exprimé par l’inverse de la dilution du sérum où l’on observe une réduction de 90 % du nombre de plaques détectées. Si le patient a été plus d’une fois la cible d’une infection à flavivirus, les résultats d’une réaction croisée pourraient rendre pratiquement impossible toute interprétation des résultats au moyen de cette épreuve même si elle est plus spécifique. 

Comme les anticorps anti-flavivirus ont des réactions croisées, la détection d’IgG anti-flavivirus (encéphalite japonaise, dengue, etc.) dans un seul sérum indique une exposition passée ou présente à cet agent ou à un agent apparenté du même genre viral. La présence d’IgM anti-VNO dans un sérum unique cadre avec une infection aiguë par cet agent (ou un flavivirus apparenté; à noter que les tests sérologiques de détection des IgM anti-flavivirus sont plus spécifiques que les tests de détection d’IgG pour ce genre d’arbovirus) et correspond aux critères de « cas probable ». Cependant, une hausse par un facteur de 4 ou plus du titre d’anticorps neutralisants ou une séroconversion (IgG ou IgM) dans des sérums appariés est nécessaire pour classer un cas comme un « cas confirmé » de la maladie. 

De plus en plus de données montrent que les IgM persistent dans le sang/sérum jusqu’à un an ou plus après l’exposition à un arbovirus (p. ex. virus transmis par des arthropodes faisant partie des flavivirus, des alphavirus ou des bunyavirus). Par conséquent, la détection d’IgM n’est pas toujours en elle-même une confirmation d’une  infection aiguë.

L’isolement d’un arbovirus, détection des anticorps spécifiques au moyen du test de séro-neutralisation par réduction des plaques (PRNT) ou détection des acides nucléiques par RT-PCR en temps réel dans un échantillon clinique constitue une preuve formelle de l’association du virus et de la maladie et procure le statut de «cas confirmé».

Délai d'exécution:

14 jours civils une fois le test ELISA achevé.

Coordonnées:
Téléphone: (204) 789-6097 or (204) 789-2106
Télécopieur: (204) 789-2082
Références:
  1. WHO. 2007. Guidelines for plaque reduction neutralization testing of human antibodies to dengue viruses.